Les tours modernes de Beyrouth écrasent le patrimoine architectural libanais

Le jardin du musée Sursock à Beyrouth au Liban le 27 juin 2008, rasé pour y construire une tour de 25 étagesBEYROUTH (AFP) — L’une après l’autre, les maisons de style ottoman ou vénitien aux jardins luxuriants qui caractérisaient Beyrouth sont rasées, laissant la place à des tours vertigineuses.

« Aujourd’hui, tout le monde veut des tours, car à partir du dixième étage ils peuvent voir la mer », déplore à l’AFP Mona Hallak, architecte et militante de l’Association pour la protection des sites et anciennes demeures (Apsad) au Liban.

Profitant de cette tendance et du prix élevé des terrains, les propriétaires se précipitent pour vendre leur bien, même s’il s’agit d’une maison traditionnelle ancestrale.

La maison est démolie, le jardin détruit et le terrain vendu pour laisser la place à une tour. Continuer la lecture de Les tours modernes de Beyrouth écrasent le patrimoine architectural libanais

Le président libanais fixe un délai aux acteurs politiques

Michel SleimaneLe président libanais Michel Sleimane a fixé aux acteurs politiques de son pays un délai de 48 heures pour la formation du nouveau gouvernement d’union nationale, après un blocage dû notamment aux divergences sur l’attribution des portefeuilles. La déclaration du président Sleimane a été rapportée par la chaîne de télévision libanaise LBC, qui a indiqué que le président libanais avait dévoilé à une délégation diplomatique les possibilités qu’un nouveau gouvernement d’union nationale soit annoncé dans les 48 heures qui suivent. Pour Sleimane, «la formation de ce gouvernement est un pas fondamental vers le dialogue national», appelant également les acteurs politiques au pays à faciliter la formation du nouveau gouvernement. Au sein du futur gouvernement formé de 30 membres, les portefeuilles vont être répartis afin d’assurer une représentation à chaque communauté religieuse. La majorité se verra attribuer 16 portefeuilles, l’opposition 11 et bénéficiera ainsi d’une minorité de blocage. Les trois autres ministres seront nommés par Sleimane. Continuer la lecture de Le président libanais fixe un délai aux acteurs politiques

Israël approuve un échange de prisonniers avec le Hezbollah

Ehud OlmertJERUSALEM (AFP) — Le gouvernement israélien a approuvé dimanche à une écrasante majorité un accord d’échange avec le Hezbollah libanais des corps de deux soldats israéliens contre des détenus libanais.

L’accord, qui prévoit le retour en Israël des corps de deux soldats capturés en juillet 2006 par le Hezbollah à la frontière, a été approuvé par 22 des 25 membres du gouvernement, selon un communiqué officiel.

Seuls les ministres des Finances, de l’Habitat et de la Justice ont voté contre l’accord.

Les chefs du service de sécurité intérieure (Shin Beth) et des services secrets (Mossad) se sont vainement opposés, devant le Conseil des ministres, à un échange de prisonniers contre des corps, bien qu’il y ait eu des précédents. Continuer la lecture de Israël approuve un échange de prisonniers avec le Hezbollah

Forte explosion à Tripoli

 Un homme a été tué et plusieurs personnes blessées dans une puissante explosion qui a secoué un immeuble de cinq étages à Tripoli, dans le nord du Liban. Le quartier sunnite de Bab al-Tebbaneh a été touché.Au moins une personne a été tuée dans une puissante explosion qui a secoué un immeuble de cinq étages samedi matin à Tripoli (nord du Liban), a indiqué un responsable de la sécurité à l’AFP.

« Un homme a été tué et plusieurs personnes ont été blessées », a précisé le responsable alors que les sauveteurs évacuaient les victimes hors de la zone située dans le quartier sunnite de Bab al-Tebbaneh.

Un étage, comprenant quatre appartements, et plusieurs magasins situés au rez-de-chaussée, ainsi que des voitures garées dans la zone, ont été détruits par l’explosion.

Des résidents, dont plusieurs encore en pyjama, ont été vus en train de fuir l’immeuble tandis que la police et l’armée se déployait dans les environs immédiats. Une femme en pleurs était à la recherche de sa fille.

Bab al-Tebbaneh et al-Qobbé, à majorité sunnite, sont des fiefs de la majorité alors que les habitants de Jabal Mohsen font partie de la communauté alaouite (branche du chiisme), partisans du mouvement chiite Hezbollah, chef de file de l’opposition.

Neuf personnes avaient été tuées et quelque 45 autres blessées dans les affrontements entre les deux camps dimanche et lundi derniers

L’armée libanaise impose le calme à Tripoli

Le calme est revenu à Tripoli, après que l\'armée libanaise s\'est postée dans les quartiers sunnite de Bab Tibbaneh et alaouite de Djabal Mohsen. Les combats, qui avaient repris dimanche, ont fait au moins neuf morts. (Récit : M. Bertsch)L’armée libanaise a renforcé lundi après-midi sa présence dans les zones théâtre depuis deux jours d’affrontements entre factions rivales dans le nord, qui ont cessé mais ont fait huit morts, soit les heurts les plus sanglants depuis l’accord de paix de Doha en mai.

A 17H00 locales (14H00 GMT), selon un correspondant de l’AFP, les tirs se sont calmés à Bab al-Tebbaneh, Jabal Mohsen et al-Qobbé, quartiers populaires de Tripoli, la grande ville du nord, où des heurts ont opposé des sunnites partisans de la majorité antisyrienne à des Alaouites, une branche du chiisme, fidèles au Hezbollah, fer de lance de l’opposition proche de Damas et Téhéran.

Bab al-Tebbaneh et al-Qobbé sont à majorité sunnite alors que les habitants de Jabal Mohsen sont des Alaouites.

Des renforts de l’armée et des Forces de sécurité intérieure (FSI) se sont déployés en cours de journée dans ces zones, où sont arrivés également des pompiers afin d’éteindre des incendies dans divers commerces, stations service et maisons.
Continuer la lecture de L’armée libanaise impose le calme à Tripoli

Rice dénonce les ingérences étrangères au Liban

La secrétaire d’Etat américaine Condollezza Rice, interrogée sur l’attentat qui a tué quatre personnes près de Beyrouth, a estimé vendredi à Medellin (Colombie) que le Liban « a trop longtemps souffert des ingérences étrangères », faisant allusion au rôle joué par la Syrie.

« Il est trop tôt » pour dire qui est responsable de cet attentat, a-t-elle dit, « mais nous avons déjà vu ce genre de chose dans le passé ».

Mme Rice a dénoncé le « modèle violent » et « l’intimadation » de ceux qui ont organisé l’attentat.

Le capitaine Wissam Eid, haut responsable des Forces de sécurité intérieure (FSI) tué avec trois autres personnes dans l’explosion d’une voiture piégée près de Beyrouth, enquêtait sur plusieurs attentats perpétrés au Liban ces dernières années.

Les Etats-Unis ont régulièrement vu la main de la Syrie dans une série d’assassinats de personnalités chez le voisin libanais depuis 2004. AFP