Tirs du Liban sur Israël: Beyrouth condamne, la Finul appelle à la retenue

BEYROUTH (AFP) — Le gouvernement libanais a dénoncé mercredi les tirs de trois roquettes sur le nord d’Israël à partir de son territoire, une attaque qui a aussi conduit la force de l’ONU dans le sud du Liban à appeler à la retenue.

« Quelle que soit la partie derrière cette attaque, elle cherche à ébranler le consensus national et toutes les parties représentées au gouvernement » d’union nationale, a déclaré le ministre de l’Information Tarek Mitri, en soulignant que le mouvement chiite Hezbollah, soutenu par Damas et Téhéran, faisait partie de ce gouvernement.

« Cela donne à Israël une excuse pour attaquer le Liban », a-t-il prévenu.

« On essaie d’entraîner le Liban dans un conflit et de déplacer des roquettes d’un endroit à un autre », a aussi accusé le ministre.

Le ministre du Travail et membre du Hezbollah, Mohammad Fneich, a déclaré: « Je n’ai pas d’information sur qui peut être derrière cet acte ». « Notre position n’a pas changé. Elle est la même que la position du gouvernement », a-t-il ajouté.

De son côté, l’armée a annoncé l’envoi de forces spéciales dans la région. « L’armée libanaise a dépêché des forces spéciales (commandos) dans la région située au sud du fleuve Litani pour renforcer ses capacités de défense sur ordre de son chef Jean Qahwaji », selon un responsable.

Cité dans un communiqué, ce dernier déclare que « des groupes malintentionnés opposés à l’intérêt national ne seront pas autorisés à nous entraîner dans un conflit dont le Liban ne veut pas ».

Entre-temps, le commandant de la force de l’ONU dans le sud du Liban (Finul), le général Claudio Graziano, a appelé à « un maximum de retenue », selon la porte-parole Yasmina Bouziane, faisant référence à Israël et au Liban.

Il « travaille avec les deux parties pour maintenir la cessation des hostilités », a-t-elle dit.

Mme Bouziane a indiqué que, selon les premières informations, au moins trois roquettes tirées à partir du Liban se sont abattues sur une zone au nord de la localité israélienne de Kiryat Shmona.

« Les roquettes sont tombées dans des zones non habitées et n’ont fait ni dégâts ni blessés », a-t-elle dit. « Il n’y a pas eu de revendication dans l’immédiat ».

La porte-parole de la Finul a ajouté que l’armée israélienne avait riposté par des tirs d’artillerie, sans faire de blessés ou de dommages.

« La Finul, en coopération avec l’armée libanaise, enquête sur le terrain (…) pour localiser le site d’où ont été tirées les roquettes », a-t-elle dit.

Peu après, les services de sécurité libanais ont annoncé la découverte de trois roquettes par l’armée et des soldats de la Finul dans le sud du Liban, dans une zone d’où étaient parties les roquettes tirées dans la matinée.